L’Alchemille plante de la femme … mais de l’homme aussi !

 

L’ALCHEMILLE COMMUNE Alchemilla vulgaris

Trés commune dans les régions montagneuses.
Aussi appelée « Le manteau de Notre Dame ». Plante vivace de la famille des Rosacées. Elle tapisse les sols sans prendre de hauteur au delà de 20 à 30 cm. Ce sera d’ailleurs un excellent tapis de sol pour notre jardin Forêt qui disparaît en hiver.

Les feuilles sont palmatilobées (Les nervures partent toutes d’un même point comme les doigts d’une main.). Les lobes sont dentés et poilus en bordure.
Il est commun de voir des gouttelettes de liquide en bordure (accrochées au poils) et au creux de la feuille (voir photo)
AlchémilleV2 Ce liquide était utilisé autrefois par les Alchimistes pour sa pureté apparente d’où le nom de la plante « Alchémille ». Ce liquide est en fait un mélange de rosée et de sécrétions de la plante.

Les fleurs jaunâtres sont disposées en corymbe.

Aujourd’hui on utilise surtout la partie aérienne (fleurs et feuilles) plutôt que la racine qui était utilisée jadis.

Sa famille indique que cette plante contient de nombreux tanins qui lui confèrent une certaine astringence.

On va donc l’utiliser entre autre pour son côté anti-inflammatoire des tissus.
Les deux types de tanins qu’elle contient (hydrolysables et condensés) ont chacun des terrains d’actions complémentaires qui permettent des effets locaux (tanins hydrolysables) et plus globaux (tanins condensés).

Elle contient également (comme beaucoup de plantes) des flavonoïdes mais aussi de l’acide salicylique (l’ancêtre de l’aspirine synthétique).

AlchemilleV1

Son utilisation est assez large:

 

Localement

En infusion: pour des bains de bouche contre les aphtes, les gingivites …

                    pour des gargarismes contre les maux de gorge.

                    lotions pour les yeux

                    pour des douches vaginales (tonique)

                    en bain de siège contre les leucorrhées 

En décoction: sur une plaie

 

 En interne (infusions à prendre en dehors des repas pour éviter le phénomène d’absorption des nutriments généré par la présente des tanins.)

                    Dans le cas des règles abondantes et plus généralement pour tout ce qui concerne les saignements vaginaux.

                    Tonique de l’appareil sexuel féminin.

                    En décoction courte contre les diarrhées chroniques.

Pour les infusions il est couramment admis que la dose utile est 30 grammes par litre d’eau.

Pour les décoctions à usage externe (plaies ) la dose est de 100 grammes par litre d’eau.

 

UntitledImage

Avertissement: Tout traitement quel qu’il soit doit faire l’objet au préalable d’un diagnostic médical de votre Médecin.

NE PAS PRESCRIRE A UNE FEMME ENCEINTE OU ALLAITANTE.